Cette assertion revenant sans cesse, je voulais adresser un message positif aux personnes néophytes ou ayant essuyé quelques échecs en jardinage.

Même en étant averti, le faux pas est toujours possible, ce n’est pas pour autant que votre plante succombera.


Entre fausses idées et méconnaissances, vous surestimez souvent votre pouvoir de destruction sur les végétaux. Voici un petit tour des déboires les plus courants.

Prêt(e) à déculpabiliser ?

  • Une plante aux branches flétries est morte.

C’est à 99% faux. Après une absence, vous pouvez retrouver votre plante en mauvais état. La déclarer foutue est une erreur.

Il suffit de couper les branches abîmées -hors période de gel, pour que votre plante retrouve une nouvelle jeunesse (pas le lendemain, la nature rime avec patience).

En effet, une plante vit par ses RACINES. Elles pilotent les montées de sève. En cas de coup dur, elles choisissent de la rapatrier au sol, n’alimentant plus les tiges.

Enfin, protéger les racines de l’eau stagnante, et votre plante vivace prospérera.

  • Une plante est un être limité par les sens.

Et bien non, une plante vous reconnait. Elle perçoit très clairement l’environnement et réagit selon sa position dans celui-ci. En somme, les plantes sont hautement sensibles. La main verte tient beaucoup aux soins qu’on leur porte.

  • Ma plante ne grandit pas, perd en vitalité.

Généralement, les distributeurs proposent des plantes dans un petit pot, avec peu de substrat. Il suffit qu’on soit en fin de saison, pour que le terreau, souvent bon marché, ne soit plus nourrissant pour la plante.

Installez votre plante dans un contenant plus grand, l’apport d’un substrat adéquat lui permettra de couler des jours heureux.

Si elle a été rempotée et que plusieurs mois ont passé, elle est peut-être en carence.

Relancez la vie du sol avec des apports organiques: coquilles d’œufs, marc de café, morceaux de banane, thé, compost… Ce geste simple revigore les plantes affamées.

  • Une fois les feuilles récoltées, ma plante aromatique ne pousse plus.

Il est heureux de trouver plus facilement des pots d’aromatiques qu’avant. L’erreur courante est de prélever les feuilles, au lieu de couper les branches pour récolter.

  • J’arrose ma plante, pourtant elle fait grise mine.

On touche la terre pour connaître son niveau d’humidité. Il est courant d’arroser mécaniquement et en surface.

Donc on arrose moins fréquemment mais abondamment, afin que l’eau descende bien jusqu’aux racines. Laisser le sol sec deux ou trois jours est également profitable aux racines.

Enfin, on évite l’arrosage à l’eau très froide, en plein soleil, ou avec de l’eau directement sorti du robinet. Remplissez votre bouteille après avoir arrosé, ainsi le chlore sera évaporé pour la prochaine rasade.

Si malgré toutes ces précautions, votre plante extérieure traverse une mauvaise passe à la belle saison: jaunissement, absence de fructification, tiges gonflées.. Un nuisible a probablement pris ses quartiers dans le sol.

Ce n’est donc pas de votre faute ! Les plantes sont visitées par une multitude de bestioles. Certains adorent planter leurs oeufs dans la terre.

Voler au secours de votre pousse avec des nématodes. Une solution rapide et efficace pour déloger l’indésirable pompant les ressources de votre plante. Attention, on ne les utilise pas à titre préventif.

Enfin, sachez que les contenants plastiques ne conviennent pas vraiment aux vivaces. Avec les temps, les racines finissent par étouffer. La matière géotextile permet d’éviter ce genre de problème.

This entry was posted in Blog and tagged .